/DesktopModules/DigArticle/MediaHandler.ashx?portalid=0&moduleid=572&mediaid=484&width=885&height=200

La plupart des employeurs maintiennent le cap

     
May 27, 2020

Même si les titres laissent croire que tous les employeurs réduisent leurs effectifs et coupent des salaires, la majorité des organisations demeurent stables, selon l’édition de mai 2020 du sondage éclair de Mercer sur la planification de la rémunération.

Juste à temps

Comme nous avons découvert dans le sondage éclair du mois d’avril, la majorité des employeurs sondés planifiaient octroyer les augmentations annuelles aux salaires de base de leurs employés ou les avaient déjà octroyées. Le sondage a confirmé que, dans les faits, la date des augmentations a été un élément clé dans cette décision. Quatre-vingt-treize pour cent des employeurs sondés en mai ont indiqué que leurs augmentations annuelles ciblent une date précise (1er janvier, 1er mars) chaque année. Parmi ceux ci, cette date était en mars ou avril, alors que 33 % ont octroyé leurs augmentations plus tôt dans l’année. Ainsi, lorsque la COVID-19 a frappé, plusieurs avaient déjà octroyé ou annoncé les augmentations.

Il en va de même avec les paiements d’incitatifs et de bonis; 76 % ont indiqué qu’ils ont payé ou paieraient les bonis comme prévu, sans réduction. Encore une fois, le choix du moment est primordial, alors que beaucoup de compagnies versent les bonis au même temps que les augmentations annuelles. Par ailleurs, le boni versé en 2020 est généralement attribuable au rendement de 2019 qui n’a donc pas été touché directement par la COVID-19.

Seules 19 % des organisations ont commencé à développer leurs plans pour les augmentations salariales de 2021. Mais nous nous attendons à ce que ce chiffre augmente au fur et à mesure que les lieux de travail s’ouvrent et l’accent est mis sur le retour au travail et la réinvention.

Que réduisent les employeurs?

Ce mois-ci, nous avons sondé les employeurs sur les mesures de réduction de coûts qu’ils adoptent. En ce moment, les baisses de salaires ne figurent pas en grand nombre, du moins chez les 306 organisations qui ont participé au sondage du mois de mai. Quatre-vingts pour cent ont indiqué ne pas avoir l’intention de réduire le salaire de base. Parmi le faible nombre d’organisations qui l’ont diminué, il s’agit le plus souvent au niveau de la haute direction et d’autres gestionnaires séniors, ainsi qu’il est un changement temporaire. Sous la direction, parmi ceux qui ont procédé à des baisses salariales, 70 % ont affirmé le faire chez les employés salariés et 62 % chez les employés à taux horaire, et ce, sans une baisse correspondante du nombre d’heures travaillées.

Un peu plus des deux tiers des organisations (38 %) n’ont pas réduit sa main-d’œuvre, tandis que 6 % ont augmenté leur nombre d’effectifs. Près d’une organisation sur quatre (26 %) a réduit son nombre d’effectifs, dont 65 % ont réduit de 20 % ou moins.

Aller vers l’avant

Alors que la COVID-19 continue d’avoir un impact sur les organisations de manière variée et durable, et tandis que les compagnies se concentrent plus sur le retour au travail, nous nous attendons à ce que les changements persistent. Participez au prochain sondage éclair sur la planification de la rémunération au Canada pour en apprendre sur l’approche que les organisations adoptent en matière d’incitatifs à long terme et de vente, ainsi que sur d’autres sujets d’importance.

US Compensation Planning Survey Pulse – May Edition infographic image